Dites non au Hanon !

Charles-Louis_HanonJe vous préviens tout de suite. Il y aura des pleurs, des cris et des larmes, mais pas d’inquiétudes, tout ira bien.

En effet, encore une fois je vais allé dans le sens contraire du courant. Heureusement pour moi, je ne suis pas le seul hurluberlu à penser ceci. Comment cela se fait-il que tous les professeurs, ou presque, fassent travailler cet ouvrage ? Ces exercices, très répétitifs, sont-ils efficaces ? Les promesses mirifiques de l’auteur, sont-elles fondées ? Pourquoi beaucoup de sites le plébiscitent ?

Ça va faire un peu mal, mais c’est pour votre bien.

Tout d’abord, voici la partition pour ceux qui ne connaissent pas, cliquez ici. Je vous préviens, vous jetez un œil et ensuite direction la corbeille de votre esprit.

Je vais donc répondre à toutes les questions que vous devez maintenant vous posez concernant cet ouvrage.

Au fait ! C’est qui ce « Hanon » ?

C’est un français, né en 1819 et mort en 1900. La première chose que je ne savais pas, c’est qu’il n’existe nulle part. Évidemment nous avons un article sur wiki avec aucune référence bibliographique, sauf un article dans un journal. Autant dire pas grand chose. J’ai beau regarder dans le Dictionnaire de la musique Larousse, l’Universalis en ligne, rien. Pas un mot. C’est tout de même bizarre pour un « gars » qui nous impose autant d’exercices sans raison.

Si vous trouvez quelque chose de sérieux, n’hésitez pas à me le communiquer.

La rumeur.

Juste un petit clin d’œil, voici ce que l’on peut trouver sur wiki :

Serge Rachmaninoff et Josef Lhévinne ont clamé que l’explosion de virtuoses de piano à leur époque était due à l’obligation d’étudier les exercices de Hanon dans les conservatoires russes, où des tests spécifiques imposaient l’exécution de tous les exercices par cœur, à tous les tempi, et dans toutes les tonalités.[réf. nécessaire]

Je souligne ce qui est en gras : [référence nécessaire]. Pour être tout à fait honnête, je n’ai pas fait de recherches approfondies pour confirmer ou infirmer ce fait, mais j’ai un gros doute… D’ailleurs, même si c’était le cas, je n’y croirais pas une seconde. Vous comprendrez dans un article ultérieur.

Pourquoi tant de professeurs utilisent le Hanon ?

Effectivement, beaucoup de mes élèves, provenant d’environnements différents, m’apportent le Hanon. Quand je reprends un élève ayant déjà pris des cours de piano je lui demande toujours de rapporter tous les livres qu’il a utilisés. Le Hanon revient presque toujours. Le désappointement et l’incompréhension sont grands pour l’élève quand je lui dis qu’il faudra jeter cet objet. Je comprends très bien ce sentiment, pour lui, ce « foin à doigts » est synonyme de progrès. Les promesses faites dans ce livre seraient, dans n’importe quel autre ouvrage, une blague :

On joue entièrement ce volume en une heure; et dès qu’on le possède parfaitement, si l’on répète ce travail tous les jours pendant quelques temps, les difficultés disparaissent comme par enchantement.

Pas moins que çà !

Je passe sur le titre : Le pianiste virtuose.

Bref, je ne vais pas m’étendre, beaucoup de professeurs utilisent le Hanon soit pour des raisons idéologiques (il faut faire 400 fois un exercices pour que l’élève progresse) soit pour des raisons de reproduction d’un enseignement.

J’ai moi même dans mes premières années dû subir cette objet. Pourtant, après mûres réflexions, constatations et doutes je me suis bien rendu compte que je faisais fausse route.V

Voici un extrait d’une émission de radio sur France culture :

Sur youtube :

C’est dans la répétition que l’on progresse.

Oui… et non. La répétition est effectivement un élément indispensable pour tout le monde. Mais les formules du Hanon n’ont aucun intérêt. Il faut travailler dans le détail. Refaire toujours le même motif sur toute la gamme est inutile. Si c’était dans toutes les gammes encore, je pourrais l’accepter. Mais ce n’est pas le cas. C’est soit en Do Majeur soit en Do# Majeur ou mineur.

Il faut toujours travailler avec de toutes petites cellules musicales. Point de translation du clavier dans tous les sens, point de gammes parallèles pendant des heures (je sais que vous grincez des dents). J’apporte une petite nuance pour les gammes. 😉 J’en reparlerai dans un autre article.

Mais alors ! Pourquoi ce succès ?

Je ne saurais comment vous dire. C’est n’est pas en un article de quelques lignes que je vais convaincre qui que ce soit. Tout ce que je peux vous dire c’est que l’enseignement du piano s’apparente beaucoup plus à de l’idéologie qu’à du raisonnement. Un grand nombre de professeurs utilisent telles techniques ou tels ouvrages parce que leur professeur l’utilisait, sans se poser de question. Il ne se pose pas la question de savoir si cet ouvrage est vraiment intéressant conceptuellement.

Comprenez bien qu’il est très dur pour tout le monde de se remettre en cause et de douter de ses convictions. C’est pourtant grâce à cela que l’on progresse. Je vous renvoie vers l’ouvrage Esquisses pour une méthode de piano.

En résumé : Vous n’avez pas 8 heures par jours pour travailler le piano et faire comme Liszt : une heure de gammes, une heure d’arpèges, etc. Donc évitez cet ouvrage sans intérêt, vous économiserez votre temps et votre argent. 😉

Vous pouvez très bien faire des gammes parallèles pendant des heures, vous les jouerez toujours aussi mal si vous ne travaillez pas dans le détail.

J’espère faire un prochain article sur la pédagogie du piano.

AJOUT (22.01.2015) Je vous propose en complément ou en remplacement du Hanon, le cahier du débutant pour l’indépendance des doigts.

Publicités

13 réflexions au sujet de « Dites non au Hanon ! »

  1. Bonjour,
    Quand on se remet au piano à 64 ans après + 45 ans d’abstinence, quels exercices faire pour délier et assouplir les doigts ? Et se refamiliariser avec la lecture de notes ? J’ai besoin d’un recueil, d’un modèle. Il y avait aussi je crois Czerny ? Merci …..

    J'aime

    • Bonjour,
      Je vais essayer de vous répondre, j’imagine qu’un arrêt de 45 ans équivaut à tout reprendre depuis le début, non ? Que vous reste-t-il ?
      En effet, avec l’âge les articulations se rigidifient, malheureusement trop tôt pour ceux qui ne s’entretiennent pas. Surtout pour de toutes petites articulations comme la main.
      Dans un premier temps, on se remet un peu en marche avec l’échauffement au piano. D’ailleurs un de mes articles vient d’être publié :
      http://www.humeur-piano.com/echauffement-piano
      Il n’y a pas d’âge pour les exercices. J’ai un élève qui a commencé le piano à 64 ans, et avec du travail, il y a des progrès.
      Quel est votre niveau en lecture de note ? Lecture clé de sol et/ou clé de Fa.
      La référence est le Dandelot, mais il pratiquement impossible à travailler tout seul. Il y a des sites internet pour s’entrainer à la lecture de notes.
      Comme je vous ai dis, il est très difficile de répondre sans un entretien visuel ou par webcam au minimum.
      Peut-être qu’avec vos réponses, je pourrais vous en dire un peu plus.
      Musicalement.
      Sibmol
      Administrateur du cahierdupianiste

      J'aime

  2. Bravo ! bien d’accord sur ce point ! Le Hanon et ses exercices répétitifs n’est pas du tout le meilleur moyen pour progresser techniquement ! Il est plus important de travailler intelligemment un aspect technique, plutôt que de le répéter une infinité de fois sans en comprendre la façon dont il fonctionne et doit être exécuté.

    J'aime

    • Merci beaucoup pour votre commentaire ! Sachez que j’ai reçu une volée de bois vert pour cet article !
      D’ailleurs, je vais vous répondre sur les autres articles, surtout celui sur l’aspect rythmique et le métronome. Votre réponse était très intéressante. Je suis entrain de faire des tentatives avec quelques élèves. Je ne vous oublie pas !

      J'aime

  3. J’ai adoré cet article et j’ai écouté l’extrait très intéressant de France Musique. Vraiment, je suis heureuse de pouvoir me débarrasser du Hanon qui m’énervait au plus haut point. Comme je l’avais eu dans ma jeunesse, c’est vrai que je l’ai repris pour me remettre au piano. Mais quel ennui! Une fois la mécanique comprise, on peut se mettre sur le rail et enchaîner. Je me disais que ça « dérouillait » mes doigts comme une sorte d’échauffement. Mais j’ai arrêté car j’ai fait la même constatation que vous: ça n’apporte rien!
    Il est vrai aussi qu’il faut évoluer et les méthodes des siècles derniers ne font pas force de loi 😉
    Du coup, je commence directement par des morceaux que je connais déjà, puis je travaille ceux en cours…
    N’arrêtez surtout pas ce blog!

    J'aime

  4. En fait moi j’utilise Hanon mais dans différentes formes ce qui rend intéressant un travail avec cette méthode : différents rythmes, départs différés des 2 mains. Bref je crée des exercices à partir de l’exercice de base, puis je transpose dans les différentes gammes. Ce n’est pas la méthode en elle-même qu’il faut critiquer à mon avis, mais l’utilisation qu’on en fait.

    J'aime

    • Il est clair que l’utilisation est plus que perfectible. En effet, la modification des exercices est intéressante. Mais c’est toujours le même problème avec des exercices aussi répétitifs, ce n’est plus le cerveau qui travaille mais les doigts en mode automatique.

      J'aime

  5. Ping : Exercices Hanon et leurs dangers - PianoLab

  6. Bonjour,
    Article très intéressant, meme s’il m’a fait bondir au 1er abord (j’ai travaillé le piano de 4 à 20 ans environ avec… le Hanon en 2e exercice après les gammes…).Mais là je m’y remets et c’est vrai que la reprise du hanon, après le côté « échauffement » est d’un ennui mortel… Du coup, je reprends le travail des morceaux que je connaissais bien + des études (Moskowski par exemple) pour la technique. Néanmoins, après le Hanon, on m’avait fait travailler du Tausig, qu’en pensez-vous?
    Merci pour vos articles très intéressants.

    J'aime

  7. Je ne comprends pas trop votre haine totale du Hanon, tout dépend de ce que vous en attendez. Mon professeur de piano me l’avait fait commencer vers 14 ans après 2-3 ans de morceaux, un exercice par semaine, et à ce rythme j’ai trouvé la plupart des exercices très simples et pas du tout ennuyeux car la concentration sur la force et la régularité à gauche et à droite mobilise toute l’attention et le temps passe très vite.

    Il m’arrive de ne pas jouer de piano pendant des périodes de plusieurs mois, voire quelques années, et lorsque je reprends, 10 ou 20 minutes de lutte le premier jour, puis quelques heures (2 ou 3) d’exercices les jours suivants (en faisant des pauses d’un jour lorsque les mains chauffent), et en quelques jours je retrouve la technique de ma jeunesse. Et à l’occasion, pour bien se délier les papattes avant un premier morceau, ou lorsque la pièce est un peu froide pour jouer d’emblée, hop 10 minutes (première partie) ou 20 minutes (parties 1 et 2) de Hanon et ca décolle ! Le turbo. De temps en temps, pour s’amuser, en do# au lieu de do, j’adore, après je peux jouer comme un fou. Après presque 2 ans d’arrêt, j’ai fait 10 minutes (la première partie) il y a 2 jours, je viens aujourd’hui de terminer une petite heure, et mes doigts sont presque complètement dérouillés. Prêts à voler. D’ailleurs je tape 2 fois plus vite sur mon clavier d’ordinateur !

    Hanon : un bonheur et un miracle renouvelés à chaque fois ! Quelle méthode permet de recouvrer sa technique aussi facilement et rapidement ? MAIS il faut se concentrer sur chaque note pour que la clarté de chacune d’elle et chaque articulation soient aussi parfaite que possible. Là est la clé.

    J'aime

    • Bonjour,
      Je vois que mon article de 2013 (le temps passe décidément trop vite) suscite encore des réactions. Mais comme votre critique est construite et cohérente je vais donc vous répondre.
      Pardonnez mon retard d’ailleurs, je n’ai pas eu de temps pour moi…
      Tout d’abord je n’ai pas de « haine » ni totale ni partielle pour Hanon spécifiquement. Il est mort bien avant ma naissance. Ce que je reproche c’est l’utilisation systématique par les professeurs de ce recueil d’exercices.
      Je suis fort content pour vous que ces exercices aient pu susciter un intérêt dès le départ, ce ne fut pas mon cas (sachant que j’ai travaillé le Hanon au moins une dizaine d’années) ni pour aucun de mes élèves à qui je le proposais. Je dirais même que plusieurs élèves d’autres professeurs le proposant n’étaient pas non plus satisfaits. Il trouvait cela rébarbatif, ennuyeux et répétitif. Ils avaient le cerveau éteint. C’est exactement l’opposé de ce que veut un professeur de piano.
      Je ne vois pas votre commentaire concernant M. Cassard d’ailleurs
      D’ailleurs dans votre réponse vous ne soulignez absolument pas l’apport technique ou l’apprentissage de points particuliers concernant un style ou une œuvre, seulement que cela vous permet de vous échauffer les doigts. C’est bien, mais ce n’est pas le propos. Vous pouvez faire des gammes et arpèges pendant aussi longtemps et vos doigts seront chauds.
      Donc encore une fois je souligne l’absence totale d’intérêt à long terme. En effet pour la découverte des doigts pour la 1ère fois, cela peut avoir un petit intérêt, mais dès que le cerveau est absent on peut s’arrêter.
      Votre dernier paragraphe est de trop, je pense, vous ne devez pas avoir beaucoup lu de méthodes pour dire une chose pareille je vous renvoie vers le Cortot, le Long, le Beringer et les masters of piano, pour ne citer qu’eux, qui sont bien plus utiles.
      En tout cas, merci pour votre commentaire.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s