8/ Gurlitt, Cornelius, Op. 101 – The Fair

8_Gurlitt_Op101_The_FairBonjour à tous,

Sans vouloir être désobligeant, cette pièce est celle que j’aime le moins. Je serais très intéressé de connaître votre avis. Mis à part le centre de la pièce qui présente un très léger intérêt, tout est très répétitif et rapidement énervant à jouer. Pardonnez mon jugement probablement trop sévère. Bref !

Dans l’article il y a : une vidéo, une partition et des explications.

Bonne lecture !

La partition :

Partition

Les conseils :

Cette pièce a, au moins, l’avantage d’être très répétitive, donc dès que vous connaissez les 8 premières mesures, vous pouvez jouer les 2/3 de la pièce. Je n’ai qu’une seule indication : jouez avec légèreté !

La partie centrale est un peu mieux, attention aux doigtés ! On se mélange vite les pinceaux.

Pour retrouver toutes les pièces c’est ici : Albumleaves for the Young, Op.101 de Gurlitt, Cornelius

Bon travail et bon courage !

Publicités

Une réflexion au sujet de « 8/ Gurlitt, Cornelius, Op. 101 – The Fair »

  1. Oui je te trouve sévère 🙂
    Tu ne lui donnes pas sa chance!
    Je m’en vais plaider sa cause alors 😀

    1ère partie:
    Toutes ces répétitions sont l’occasion d’aborder… les reprises nuancées.
    mesures 3-4 peuvent être mf (voire mp), comme un écho de la 1ère idée.
    Même traitement mesures 7-8 (mp voire p).
    En revanche m19-20 plus forte et conclusives!

    Par ailleurs, comme dans la plupart des pièces, c’est bien de souligner le contraste et l’indépendance des mains:
    – main droite legato (peut-être non-legato mesures 2 et 4)
    – main gauche d’un staccato léger
    Et de bien « dessiner » les courbes mélodiques.

    2ème partie:
    Elle te plaît car c’est en mineur non?
    C’est drôle car cette partie fait penser à la Marche Turque de Mozart, en La mineur également.
    (Et oh surprise d’ailleurs: la pièce suivante s’intitule « marche turque »)

    On peut en profiter à gauche pour accentuer les basses et lier 2 en 2 « alla turca ».
    Cette partie nous donne également l’occasion de travailler 2 superbes crescendo et d’effectuer un atterrissage « diminuendo-rallentendo » bien contrôlé.

    D’un point de vu harmonique/solfégique, c’est l’application du majeur et de son relatif mineur (harmonique).
    D’un point du vu technique, la main droite requiert un beau phrasé, un travail intéressant.

    Bref j’y vois une sympathique pièce de caractère « buccolique »:
    – avec un personnage joyeux qui gambade à travers champs (1ère partie), en dialogue avec quelques oiseaux?
    – une mésaventure, un événement dramatique (2ème partie)
    – un heureux dénouement, et le personnage disparaît dans la campagne.

    Tu as l’air contrarié par la mélodie initiale un peu enfantine et entêtante, mais si le sujet du tableau te déplaît, il demeure néanmoins intéressant de le rendre beau!

    Merci en tout cas pour ton blog, très intéressant, à bientôt!

    Clément

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s