Albumleaves for the Young, Op.101 – Gurlitt, Cornelius

[Page en cours de construction]

20 pièces :

  1. Marsch. March. Marche
  2. Morgengebet. Morning prayer. Prière du matin
  3. Heiterer Morgen. The Sunshiny Morning. Le matin ensoleillé.
  4. Nordische Klänge. Northern Strains. Les souches du nord
  5. An der Quelle. By the Spring. A la source (Traduction de l’allemand)
  6. Schlummerlied. Slumber Song. La chanson du sommeil
  7. Klage. Lament. Action
  8. Kirmess. The Fair. Le juste
  9. Türkischer Marsch. Turkish March. La marche Turque
  10. Lied ohne Worte. Song without Words. La chanson sans mot
  11. Walzer. Waltz. Valses
  12. Der kleine Wandersmann. The little Wanderer. Le petit Wanderer
  13. Grossvaters Geburtstag. Grandfather’s Birthday. L’anniversaire de grand-père
  14. Valse noble.
  15. Verlust. Loss. La perte
  16. Scherzo.
  17. Schwärmerei. Free Fancies. Libres fantaisies
  18. Sonntag. Sunday. Dimanche
  19. Jagdstück. Hunting Song. La chasse
  20. Salto mortale. La culbute.

BONUS : Novelette de Gurlitt

Wiki :

Cornelius Gurlitt est un compositeur et organiste allemand, né à Altona (à cette époque, ville danoise), le 10 février 1820 et mort dans la même ville le 17 juin 1901. Il est un camarade du compositeur Carl Reinecke, dont le père dirige le Conservatoire de Leipzig.

Biographie

Le père de Reinecke a été le professeur de Gurlitt pendant six ans. À 17 ans, Gurlitt réalise sa première apparition publique, qui est bien accueillie. Il décide de continuer ses études à Copenhague. Il y étudie l’orgue, le piano et la composition avec Curlander et Christoph Ernst Friedrich Weyse. C’est à cette époque qu’il fait la connaissance du compositeur danois Niels Wilhelm Gade. Ils resteront amis jusqu’à la disparition de ce dernier.

En 1842, Gurlitt s’installe à Hirschholm, près de Copenhague. Il y reste quatre ans. Il déménage alors à Leipzig où Gade était devenu directeur musical du Gewandhaus. Il voyage par la suite à Rome, où son frère, Louis Gurlitt (en), peintre bien connu, étudiait.

Les talents de musicien de Gurlitt sont rapidement reconnus à Rome, et il est nommé membre honoraire de l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia. En 1855, il est nommé professeur de musique dans cette même académie. À Rome, il étudie également la peinture avec beaucoup de réussite. À son retour à Altona, le duc d’Augustenbourg le choisit comme précepteur de trois de ses filles. Lorsque la première Guerre des Duchés éclate en 1849, Gurlitt devient chef d’une fanfare militaire. En 1864, il est nommé organiste de la cathédrale d’Altona, poste qu’il occupe jusqu’en 1898.

Sa production musicale a été prodigieuse aussi bien en termes de quantité que de qualité. Elle va de chants et pièces pédagogiques à des opéras, cantates et symphonies.

Il meurt à Altona. Il aimait énormément la musique et voulait qu’elle contribue à l’éducation et non à l’amusement.